Burundi : le CNL refusé d’organiser une journée dédiée à sa jeunesse

Burundi : le CNL refusé d’organiser une journée dédiée à sa jeunesse

Ce dimanche, le principal parti d’opposition CNL avait prévu d’organiser une journée internationale de sa jeunesse. Le ministère en charge des affaires intérieures le lui a refusé indiquant qu’une journée internationale de tous les jeunes burundais a déjà été organisée cette année. Agathon Rwasa, leader CNL qualifie la décision de « dérive dictatoriale ». (SOS Médias Burundi)

Selon une lettre du secrétaire permanent du domaine de l’intérieur et du développement communautaire, la journée internationale dédiée à la jeunesse du parti CNL ne pouvait pas avoir lieu. Simple raison : une journée internationale des jeunes a déjà été célébrée en province de Ngozi au nord du Burundi, un évènement qui a eu lieu le 12 août dernier.

Calinie Mbarushimana appelle plutôt les responsables de la première formation politique d’opposition au Burundi à « mobiliser ses jeunes pour une autre journée leur dédiée l’année prochaine ».

Agathon Rwasa, leader CNL estime qu’il s’agit d’une mesure « discriminatoire ». Il la qualifie de « dérive dictatoriale ».

« Je trouve que c’est une autre manifestation de la dérive dictatoriale qui s’installe de plus en plus dans ce pays. L’argument que l’autorité ministérielle a donné ne tient pas debout. C’est dommage que l’on procède de la sorte », se plaint M. Rwasa.

Et de continuer « […], le CNDD-FDD est un parti comme tant d’autres, on les voit faire des manifestations ici et là, en ce qui est de ceci en ce qui est de cela. Lorsque l’on a le pouvoir l’on peut tout se permettre mais il faut savoir que le pouvoir s’exerce et à un moment donné ça stoppe. Il n’y a pas de pouvoir éternel et le mieux serait que si l’on est au pouvoir, on soit au service de la société ».

Au Burundi, tous les partis politiques ont des ligues de jeunes leur affiliés. Le CNDD-FDD et le CNL, issus des anciens mouvement rebelles Hutus ont des ligues de jeunes dominés par des anciens combatants. Souvent, ils s’affrontent. En mai dernier, une altercation entre eux dans la localité de Ruyumpu en commune de Kiremba (commune natale d’Agathon Rwasa) dans la province de Ngozi au nord du Burundi, a fait plusieurs blessés des deux côtés.

Au moins sept opposants purgent une peine de 15 ans de prison à la prison de province depuis. Ils ont été reconnus coupables de « tentative d’assassinat ».

___________________

Photo d’illustration : des membres et sympathisants du parti CNL lors d’une campagne électorale

Previous Rumonge: un officier de police judiciaire accusé de viol condamné à 15 ans de prison
Next Cibitoke : les prix des produits de première nécessité ont monté