Muramvya : un membre du CNL en détention depuis un mois

Muramvya : un membre du CNL en détention depuis un mois

Honoré Ruberintwari, membre du CNL a été interpellé à son domicile vers 20 h par trois policiers sous le commandement de l’ancien député Rémégie Bazirahomponyoye. C’était le 18 septembre dernier. Les trois policiers et le député (membre du parti présidentiel le CNDD-FDD) étaient à bord d’une voiture sans immatriculation. Le fait s’est déroulé sur la colline de Musagara de la commune et province de Muramvya (centre du Burundi). L’opposant est suspecté de collaboration avec des groupes rebelles. Il est détenu à la prison de province. (SOS Médias Burundi)

Cette information sur la détention de ce militant de la première formation politique d’opposition au Burundi est confirmée par un responsable du parti CNL à Muramvya.

« Dans la fraicheur des faits, Honoré Ruberintwari allait être conduit à Bujumbura (ville commerciale). Suite aux multiples alertes il a été conduit au cachot de la police à Bugarama (même province) où il a passé la nuit », a expliqué cet opposant.

Le 19 septembre dernier, il a ensuite été transféré à la prison centrale de Muramvya où il est incarcéré pour le moment.

Honoré Ruberintwari est soupçonné de « collaboration avec les bandes armées ».

« Ils n’ont pas étayé ces accusations par des preuves », a estimé un responsable du parti CNL.

L’ opposant a comparu devant la chambre de conseil du tribunal de grande instance de Muramvya, il y a une semaine.

Les juges ne se sont pas encore prononcés sur son cas alors que les textes de loi stipulent qu’il faut tout au plus trois jours pour rendre verdict dans de telles circonstances.

Les responsables du parti CNL à Muramvya estiment que derrière cette interpellation se cachent des mobiles politiques et réclament la libération de M. Ruberintwari .

_____________

Photo : une place publique au chef-lieu de la province de Muramvya

Previous Burundi : les autorités empêchent pour la troisième année consécutive AC-GENOCIDE Cirimoso de commémorer les massacres de Kibimba
Next Makamba : deux personnes tuées