Kigali (Rwanda) : renouvellement des cartes d’identité pour réfugié et accueil de nouvelles demandes d’asile

Kigali (Rwanda) : renouvellement des cartes d’identité pour réfugié et accueil de nouvelles demandes d’asile

Les cartes d’identité expirées sont celles octroyées en 2017. Le HCR et le gouvernement rwandais expliquent que ce renouvellement signifie aussi le renouvellement d’octroi d’asile. Entre temps, de nouveaux demandeurs d’asile burundais se présentent. Leurs cas sont scrutés à la loupe. (SOS Médias Burundi)

Des réfugiés, essentiellement des Burundais et Congolais se présentent chaque jour au centre communautaire de Gikondo (ville de Kigali) pour déposer des cartes d’identité expirées et récupérer de nouvelles cartes.

Ils s’en réjouissent. « Voici ma nouvelle carte, elle a un nouveau numéro d’identification mais la photo reste la même. Elle m’aide beaucoup car une assistance- mutuelle est incluse dedans. Et puis, j’avais peur que ma banque puisse m’empêcher de retirer de l’argent avec une carte expirée. Cela signifie aussi que je suis encore un réfugié reconnu par la loi, ce qui est bon pour moi qui n’ai pas encore pris la décision de rentrer chez moi au Burundi », explique Gaspard N., un réfugié burundais trouvé au centre communautaire de Gikondo.

Plus loin, sa compatriote Aline B., remercie le gouvernement rwandais pour l’accueil.
« En tout cas, le Rwanda est parmi les pays qui assistent bien les réfugiés. Moi, je tiens un petit commerce de Gaz combustible. Je vends et je paie la taxe comme les Rwandais. C’est justement cette carte qui m’aide à m’acquitter des impôts, j’ai même un numéro d’identification fiscale », signifie-t-elle.

Dieudonné, lui, affirme que son ID va lui permettre de renouveler son contrat.

« Mon patron me demandait régulièrement pourquoi j’utilise une ID expirée. Mais voilà -la réponse vient d’être obtenue. Je vais aussi continuer à cotiser dans ma coopérative d’épargne », souligne ce barman.

Le HCR et le gouvernement rwandais expliquent que l’octroi de la mutuelle de santé, des passeports biométriques et d’une ID sont dans un lot d’assistance dont les réfugiés doivent bénéficier.

« C’est d’ailleurs leur droit d’avoir cette assistance car contenue dans la convention de Genève de 1951 que le Rwanda a ratifiée », renchérit un agent du ministère en charge des réfugiés, le MINEMA, assis sur une même table à côté de celui des services de l’Immigration et du HCR, pour rendre un bon service.

Le comité des réfugiés urbains demande à ces Burundais et Congolais de bien garder « ce document précieux qui marque leur survie sur le sol rwandais ».

De nouvelles demandes d’asile

Au centre communautaire de Gikondo, SOS Médias Burundi y a rencontré aussi des demandeurs d’asile burundais. Selemani, un jeune de Kirundo (nord du Burundi) , vient à peine d’arriver au Rwanda. Le chemin a été long même si sa province est frontalière avec le Rwanda.

Il lui a fallu deux jours pour un trajet qu’il devrait faire en deux heures de temps et plus de 300 mille francs burundais de ticket et de pots de vin sur son chemin.

« Je suis de la commune de Busoni, frontalière avec le Rwanda. Mais, comme toute la route est gardée à chaque mètre par des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD, le parti présidentiel) qui me connaissent bien évidemment, jai dû contourner, passer par la commune de Giteranyi à Muyinga (nord-est) , puis par la Tanzanie et entrer par le district de Kirehe plus à l’Est du Rwanda », indique-t-il.

Il raconte qu’il a fui la persécution. « Moi je suis Tutsi, j’avais intégré le parti au pouvoir le CNDD-FDD pour éviter le harcèlement. Mais, j’ai su qu’il y a des réunions qui se faisaient à mon insu du fait seulement que ma sœur a fui le pays en 2015. Et puis, je venais de passer trois ans après avoir terminé l’école technique agricole de Gitega (capitale politique) sans emploi alors que les autres Imbonerakure, Hutus, qui ont terminé l’année dernière ont été embauchés. Ils me considéraient comme une taupe et plusieurs fois ils ont voulu m’éliminer […] », témoigne Selemani.

Le jeune homme, comme une trentaine d’autres compatriotes ont reçu un rendez-vous de revenir un autre jour pour introduire leur demande d’asile au centre communautaire de Gikondo.

Ces cas sont examinés scrupuleusement.

Ces demandes sont d’abord adressées aux services d’Immigration. Un mois après, si la demande n’est pas acceptée, le concerné introduit un recours au bureau du premier ministre.

« On ne sait pas réellement s’ils sont persécutés ou s’ils ne sont pas des envoyés du pouvoir, raison pour laquelle, leurs demandes doivent prendre un long processus. Et puis, on est dans la phase de rapatriement volontaire des réfugiés burundais depuis août 2020 », indique un agent du MINEMA.

Avec la réouverture des frontières, Kigali risque d’accueillir plusieurs Burundais qui demandent asile.

Pourtant, les réfugiés burundais n’affichent pas non plus un accueil chaleureux pour ces nouveaux arrivants, craignant des infiltrés dans leur communauté.

Le Rwanda compte déjà plus de 48.000 réfugiés burundais. La plupart étant hébergés au camp de Mahama situé dans la province orientale non loin de la Tanzanie.

__________________

Photo : des réfugiés burundais en attente d’être reçus au centre communautaire de Gikondo à Kigali, novembre 2022

Previous Photo de la semaine : l'EAC préfère les leaders communautaires au M23 dans le dialogue
Next Cibitoke : hausse généralisée des produits de première nécessité