Rumonge : activités économiques paralysées, la population forcée à accueillir le flambeau de la paix

Rumonge : activités économiques paralysées, la population forcée à accueillir le flambeau de la paix

Ce jeudi matin, aucune activité économique n’a été entreprise dans le chef-lieu de la province de Rumonge (sud-ouest du Burundi). Le marché central de Rumonge a été fermé par les autorités administratives ainsi que toutes les boutiques et magasins du centre urbain de Rumonge surtout ceux situés sur le long de la RN3 (Route nationale numéro trois) Bujumbura- Rumonge- Makamba. Des policiers et Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD) étaient mobilisés depuis le matin. Ils ont empêché des habitants de vaquer à leurs occupations afin de les contraindre d’aller accueillir le flambeau de la paix. (SOS Médias Burundi)

Le cortège du flambeau de la paix est arrivé dans la commune de Rumonge ce mercredi dans l’après-midi.

Toutes les autorités administratives, les chefs de services publics et privé ont été invités à se rendre au bord de la rivière Nyengwe ce mercredi pour accueillir le flambeau.

D’après une source administrative contactée ce jeudi , il va poursuivre sa caravane vers d’autres communes de la province de Rumonge.

La population du centre urbain de Rumonge regrette d’avoir été privée de toute activité économique avant le passage de ce flambeau.

La majorité des habitants de cette ville riveraine du lac Tanganyika vit du commerce.

Cette fois-ci, les activités scolaires n’ont pas été suspendues contrairement aux autres années où on obligeait les élèves et leurs enseignants à participer dans l’accueil du flambeau de la paix.
Les élèves sont restés dans leurs établissements scolaires ainsi que leurs enseignants.

Le flambeau de la paix qui est à sa 16ème éditon fait le tour du Burundi depuis le 2 novembre jusqu’au 12 novembre. Cette année, sa tournée a été organisée sous le thème « Bien servir le Burundi dans la gestion de la chose publique ».

Normalement, le flambeau de la paix est accompagné par une équipe qui explore tout le pays . Elle est accueillie par des autorités locales qui organisent des rassemblements afin de donner des massages à des participants, surtout membres du parti présidentiel et ses proches. Dans certaines localités, les autorités administrative et policière obligent les gens à aller participer dans ces rassemblements. Dans d’autres, les gens y vont de leur propre gré mais les fonctionnaires de l’Etat sont contraints d’y aller pour ne pas être considérés comme « rebelles ou insoumis ».

__________________

Photo : une rue presque déserte en ville de Rumonge

Previous Nduta (Tanzanie) : émeutes entre la police et des réfugiés burundais
Next Kayanza : quatre personnes dont une femme condamnées à la prison à vie dans une affaire de meurtre