Burundi : Le parti au pouvoir accuse les évêques catholiques de semer la haine


Avant que la déclaration ne soit lue dans les paroisses, le secrétaire général du parti CNDD-FDD, Evariste Ndayishimiye s’en est pris violemment aux évêques catholiques du Burundi les accusant de diviser les Burundais. C’était ce samedi 21 septembre dans la commune de Mugongo-Manga, en province de Bujumbura (ouest du pays). (SOS Médias Burundi)

Le secrétaire général du parti au pouvoir a condamné violemment la démarche de la conférence des évêques catholiques du Burundi. Il l’accuse de propager un message de haine contre le CNDD-FDD.

« La déclaration qui vous sera communiquée dans les paroisses ne vise qu’à semer la division. Ils veulent nous perturber. Rappelez-vous de celui qui a lancé la campagne Sindumuja, » a lancé à Mugongo-Manga faisant allusion à la déclaration de l’archevêque de Gitega qui, en 2015 avait ouvertement annoncé qu’un autre mandat du président Nkurunziza violerait la Constitution et les Accords d’Arusha.

Evariste Ndayishimiye a invité  les militants du parti CNDD-FDD à ne pas prêter oreille attentive à ce message des évêques catholiques du Burundi.Il affirme que des Imbonerakure (jeunes du parti au pouvoir) ne sont pas des criminels.

Pour lui, si les militants du parti CNDD-FDD sont des criminels, alors  l’Église Catholique doit également assumer qu’elle est en train de tuer les gens. Parce que, selon  le patron du parti au pouvoir, 85% des militants du parti CNDD-FDD sont chrétiens catholiques.

Le secrétaire général du parti au pouvoir interpelle les évêques catholiques du Burundi à s’abstenir de déshumaniser les militants de son parti, puisqu’ils risquent de susciter chez les membres de l’opposition l’envie de s’en prendre à eux.