Tanzanie: deux réfugiés grièvement blessés à Nduta


Une pancarte de la zone C du camp de Nduta

Des jeunes tanzaniens, gardiens de la paix, appelés “Wanamugambo” ont attaqué des Burundais qui étaient partis chercher du bois de chauffage à l’extérieur du camp de Nduta en Tanzanie. Deux d’entre eux ont été grièvement blessés. (SOS Médias Burundi)

L’incident a eu lieu lundi soir. Deux réfugiés burundais, Boaz Ntahombaye et son frère ont été attaqués par un groupe de civils tanzaniens armés de gourdins, flèches et bâtons. Ces Burundais qui habitent la zone 7, village 8 numéro 80, étaient allés chercher du bois de chauffage dans une réserve naturelle.

Ils ont été grièvement blessés et sont pour le moment admis à l’hôpital géré par Médecins Sans Frontières à Nduta.

Selon les réfugiés, il s’agit d’un énième incident du genre où des jeunes tanzaniens gardiens de la paix, connus comme des “Wanamugambo” attaquent, blessent, torturent et tuent des réfugiés.

Les responsables des réfugiés demandent au HCR de leur garantir la sécurité et d’exiger que les auteurs soient punis conforment à la loi.

« Nous estimons que le harcèlement et la limitation de nos droits est une manière de nous forcer à rentrer » ont indiqué les représentants des réfugiés.

Le HCR recommande aux réfugiés de ne plus sortir du camp sans la permission préalable des responsables et d’éviter des lieux à haut risque comme les forêts et réserves naturelles.