Cibitoke: le tribunal de province a condamné à la prison à vie un policier

Cibitoke: le tribunal de province a condamné à la prison à vie un policier

C’est le tribunal de grande instance de Cibitoke (nord-ouest du Burundi) qui a pris cette décision dans un dossier de flagrance hier dans la nuit. Diomede Irinubushobozi a été reconnu coupable de meurtre. Le concerné avait tué un militaire dans la nuit du 21 au 22 juin 2020. En plus de la peine, lui et trois de ses collègues devront verser une indemnité de 25.000.000 de francs burundais à la famille de la victime. (SOS Médias Burundi)

La décision est tombée tard dans la nuit vers 22h00.

Deux collègues du prévenu ont quant à eux été condamnés à trois ans de prison ferme au moment où un troisième a écopé d’une peine de deux ans de prison. Ils devront aussi verser une amande de 100.000 francs chacun.

Les trois étaient avec M. Irinubushobozi au moment des faits.
Ils ont été reconnus coupables de « non assistance à personne en danger et violation du domicile ».

Des habitants du chef-lieu de la province de Cibitoke s’étaient déplacés hier pour suivre le procès en flagrance. Ils disent avoir été satisfaits par la décision du tribunal.

Previous Burundi: le premier ministre et le vice-président ont preté serment
Next Camp de Mahama : une vie en harmonie

About author

You might also like

Justice

Nyabihanga : le parquet requiert de lourdes peines contre deux Imbonerakure poursuivis pour meurtre

Dieudonné Nsengiyumva, ancien responsable des jeunes du parti au pouvoir dans la commune de Nyabihanga en province de Mwaro (centre du Burundi) et Boris Bukeyeneza, membre de la ligue des

Justice

Gitega : l’ancien responsable adjoint des Imbonerakure rejugé

Aimé Irambona a été condamné de nouveau au terme d’un procès hier. Il a été condamné à 21 ans de prison ferme. Le militant du parti au pouvoir, en même

Justice

Affaire Ndadaye: la cour suprême a prononcé de lourdes peines

Sur 21 individus poursuivis dans le dossier, 17 d’entre eux dont l’ancien président Pierre Buyoya ont écopé d’une peine de prison à vie. Seules cinq personnes condamnées (des anciens colonels)