Nakivale (Ouganda): la liste de réfugiés burundais qui veulent rentrer s’allonge


Début septembre dernier, ils étaient une centaine. Pour le moment, ils en sont à plus de 250 qui veulent volontairement être rapatriés. Ces Burundais ont écrit une lettre au président Évariste Ndayishimiye, lui demandant de leur aider pour être rapatriés. Toutefois, ils n’ont pas respecté la clause convenue avec le HCR que la demande doit être individuelle et adressée à cette agence des Nations Unies. (SOS Médias Burundi)

Le nouveau groupe qui a exprimé la volonté d’être rapatrié est constitué de 150 individus. Ils ont signé la lettre le 4 octobre 2020.

La rédaction de SOS Medias Burundi a pu s’enquérir d’une copie de la lettre. Son objet est le même que celui contenu dans la lettre rédigée par les initiateurs du mouvement en septembre dernier:

« Demande de rapatriement volontaire vers notre pays natal”, est ainsi libéré l’objet.

Les réfugiés qui ont signé expliquent que “l’insécurité, l’intolérance politique et le harcèlement” qu’ils ont fui a laissé place à « la paix, la sécurité et la démocratie”.

Selon eux, rien ne peut expliquer le fait qu’ils soient encore dans le camp de réfugiés de Nakivale.

Tout en remerciant l’Ouganda qui les a hébergés pendant plus de cinq ans, ils demandent au président du pays qu’ils ont fui, d’entrer en contact avec le pays d’accueil et le HCR pour qu’ils les aident à retourner dans leur pays natal en dignité.

Non respect des règles

Fin septembre dernier, le HCR a dû convoquer une réunion entre réfugiés qui veulent rentrer et ceux qui s’y opposent. Ces derniers accusent les premiers d’être des « traîtres et espions du gouvernement burundais ».
L’agence onusienne avait accueilli les représentants des deux groupes pour essayer de les réconcilier et jouer la médiation.

Ils s’étaient mis d’accord que chaque réfugié doit se présenter à un bureau du HCR pour introduire sa demande individuellement au lieu de procéder par une pétition.
Toutefois, quelques semaines après, les concernés n’ont pas respecté la règle.

“Ceux qui veulent retourner chez eux doivent approcher les bureaux du HCR et se faire enregistrer individuellement”, ont rappelé les agents du HCR.

De leur côté, les autorités burundaises ont annoncé que tout est prêt pour accueillir les Burundais en provenance du camp de Nakivale.

L’Ouganda abrite jusqu’à présent plus de 48.000 réfugiés burundais dont plus de 40.000 vivant au camp de Nakivale.
Ils ont fui le Burundi en 2015 suite à la crise due à un autre mandat controversé de feu président Pierre Nkurunziza.