Tanzanie : les réfugiés burundais demandent à l’ONU une réinstallation dans un autre pays

Tanzanie : les réfugiés burundais demandent à l’ONU une réinstallation dans un autre pays

Les représentants des réfugiés burundais ont écrit ce samedi au secrétaire général des Nations-Unies, au haut commissariat pour les réfugiés et au directeur exécutif de Human Rights Watch. Ils disent être victimes des abus et actes de violence. Pour les signataires, il s’agit d’un plan de les forcer de rentrer. Ils demandent une réinstallation dans un autre pays. (SOS Médias Burundi)

La correspondance dont SOS Médias Burundi s’est procuré une copie précise que la situation dans les camps en Tanzanie est devenue « intenable ».

« Pour le moment, la situation a changé. La Tanzanie ne veut plus garder les réfugiés burundais sur son sol. Sudi Mwakibasi, directeur des services des réfugiés au ministère tanzanien de l’intérieur a déclaré sur la RFI que son pays ne veut plus de réfugiés burundais après 2021« , souligne la lettre.

Selon les représentants des réfugiés, la déclaration est synonyme de « perte de statut de réfugié pour les Burundais installés dans les camps ». Ils pensent que la prochaine étape sera leur rapatriement « forcé ».

Ils indiquent par ailleurs que la police et les autorités tanzaniennes ont été citées dans les rapports des organisations internationales dont Human Rights Watch comme étant des auteurs de violences contre les réfugiés burundais.

« Nous savons que certains réfugiés optent pour le rapatriement, mais c’est par crainte de l’insécurité dans les camps. Nous demandons avec insistance d’être réinstallés dans un troisième pays », conclut la correspondance.

En début de semaine, Human Rights Watch a sorti un rapport dans lequel l’organisation internationale de défense des droits humains accuse les autorités tanzaniennes d’être impliquées dans des « abus graves à l’encontre des réfugiés burundais« .
La Tanzanie n’a pas encore réagi à ce rapport.
Cette semaine, sur la RFI (section Swahili) et dans le camp de Nyarugusu, un des trois camps abritant des Burundais en Tanzanie, le directeur général en charge des réfugiés a été on ne peut plus clair « la Tanzanie ne veut plus de réfugiés burundais après 2021 », a affirmé Sudi Mwakibasi.

______________

Photo: un des camps de réfugiés burundais en Tanzanie

Previous Tanzanie : les réfugiés burundais sont priés de rentrer avant la fin de l'année prochaine
Next Le Conseil de sécurité de l'ONU retire le Burundi de son agenda politique