Mtendeli (Tanzanie) : vers la fermeture du camp

Mtendeli (Tanzanie) : vers la fermeture du camp

Dans deux semaines, des réfugiés du camp de Mtendeli en Tanzanie vont commencer à être transférés au camp de Nduta (même pays). L’annonce a été faite ce mercredi par le président du camp en même temps représentant du ministère en charge des réfugiés en Tanzanie. La décision est mal accueillie par des réfugiés qui craignent d’être transférés dans un camp où sont rapportés plusieurs cas d’insécurité et d’assassinats ciblés. (SOS Médias Burundi)

Le président du camp de Mtendeli a annoncé la mesure lors d’une réunion d’information ce mercredi. “Préparez-vous, à partir du 26 juillet courant, le premier groupe de réfugiés burundais sera délocalisé et réinstallé au camp de Nduta, non loin d’ici. Soyez tranquilles, tout le camp ne sera fermé le même jour plutôt, on va fermer les zones après les autres », a-t-il précisé.

Il a expliqué que la raison majeure est la diminution du nombre de réfugiés burundais installés dans ce camp, affirmant que plus de 7 mille d’entre eux ont répondu au rapatriement volontaire. « Nous prévoyons qu’à la fin de 2021, le camp ne restera qu’avec moins de la moitié de sa population. Et nous ne pouvons qu’encourager ces départs. Mais, ceux qui sont encore réticents seront délocalisés pour libérer les lieux ici”, a-t-il ajouté.

Un responsable du HCR qui avait accompagné le président du camp a indiqué qu’il sera facile d’assister des réfugiés une fois regroupés ensemble. “Une fois mis ensemble, l’on aura plus de facilité pour vous apporter une assistance adéquate”, a-t-il mentionné.

Résignation

Des réfugiés qui se sont confié à SOS Médias Burundi après l’annonce disent avoir peur d’être transférés dans un camp où plusieurs cas d’insécurité sont rapportés. “Nduta est un camp qui enregistre plus de cas d’insécurité. Chaque semaine on y rapporte des assassinats ciblés, des disparitions forcées, des arrestations arbitraires surtout à l’encontre des opposants farouches que nous sommes. Si nous allons là-bas, nous serons facilement identifiables car nous y serons nouveaux. Nous risquons de subir le même sort”, s’inquiètent certains d’entre eux.

Toutefois, ils disent être au moins partiellement satisfaits parce qu’ils ne sont pas déportés au Burundi. « Certes nous perdrons du travail pour certains, mais mieux vaut tout perdre que d’être déportés dans notre pays”, ont-ils souligné.

La Tanzanie abrite encore plus de 130.000 Burundais, installés dans les trois camps à savoir Nduta (plus de 57.000), Nyarugusu (plus de 51.000) et Mtendeli (plus de 23.000).

________________

Photo : une pancarte indiquant la zone C, du camp des réfugiés de Mtendeli

Previous Dzaleka (Malawi) : une augmentation de la ration loin d'être satisfaisante
Next Bubanza : la ministre de la justice balaie les tribunaux de résidence