Affaire-Sange : quatre familles ont reconnu leurs enfants parmi les interpellés

Affaire-Sange : quatre familles ont reconnu leurs enfants parmi les interpellés

Ils sont au nombre de neuf et font partie de trente jeunes Burundais arrêtés sur le groupement de Sange, territore d’Uvira dans la province du Sud-Kivu (Est de de la RDC) mardi soir dernier. Les jeunes reconnus sont originaires des communes de Rugombo et Buganda en province de Cibitoke (nord-ouest). Leurs familles (quatre) ont reconnu leur visage à travers des photos postées sur les réseaux sociaux. Ce jeudi, elles sont allées demander au gouverneur d’intervenir pour qu’ils soient rapatriés. Carême Bizoza, gouverneur de Cibitoke rassure que le processus est en marche. (SOS Médias Burundi)

C’est vers 11h que les quatre familles se sont rendues au bureau du gouverneur. « Nos enfants figurent parmi les personnes qui ont été appréhendées et dont les photos ont circulé sur les réseaux sociaux. Nous avons aussi reconnu deux jeunes gens d’une même famille de la colline de Murambi en commune de Buganda et trois autres originaires de la colline de Kagazi dans la commune de Rugombo », ont-elles informé M. Bizoza.

Les familles disent craindre pour la sécurité des leurs. Elles demandent aux autorités d’intervenir pour qu’ils soient rapatriés au Burundi. « S’il faut être jugés, ils doivent confronter la justice ici dans leur pays », souhaitent-elles.

Selon nos sources, la majorité des jeunes qui ont été interpellés sont des jeunes Imbonerakure du parti présidentiel. Le responsable de la cité de Sange où ils ont été arrêtés a confié à SOS Médias Burundi qu’ils avaient loué deux maisons. « Certains venaient de partir il y a juste quelques jours. Ils sont partis pendant la nuit et n’ont dit à personne leur destination », disent des sources à Buganda et Rugombo.

Le gouverneur de Cibitoke rassure

« Les discussions ont été engagées avec les autorités congolaises », affirme-t-il.

Selon un communiqué du porte parole du secteur opérationnel Sokola 2 au Sud-Kivu, les jeunes Burundais arrêtés sont  » des voleurs de vaches qui voulaient aussi rejoindre des mouvements armés ».

D’après nos sources, la plupart d’autres jeunes interpellés ce mardi proviennent de différentes communes de la province de Bubanza (ouest), frontalière avec Cibitoke. Les deux provinces sont séparées par la province du Sud-Kivu par la rivière Rusizi.

Ces deux dernières années, surtout côté Cibitoke, il a été rapporté des jeunes du CNDD-FDD qui traversent la rivière pour aller voler des vaches sur le sol congolais ou tendre des ambuacsdes sur la route Uvira-Bukavu ou encore qui dépouillaient et tuaient des gens qui passaient par la Rusizi au moment où la frontière était fermée pour limiter la propagation du Covid-19.
Le tribunal de province a jugé certains d’entre eux.

_____________

Photo : des jeunes Burundais en attente d’être transférés dans un cachot de l’armée congolaise / DR

Previous Rumonge-Covid-19 : l'administration recourt à la force pour rendre obligatoire le port du masque
Next Mtendeli (Tanzanie) : des réfugiés burundais se font baptiser en masse par crainte avant d’être transférés à Nduta