Kigoma (RDC) : des combats opposent des militaires burundais aux rebelles de Red Tabara

Kigoma (RDC) : des combats opposent des militaires burundais aux rebelles de Red Tabara

Des combats entre des éléments de la FDNB (Force de défense nationale du Burundi) et des rebelles du mouvement armé Red Tabara ont éclaté depuis dimanche matin. Ils ont lieu dans des zones du territoire d’Uvira, en province du Sud-Kivu à l’est de la RDC. SOS Médias Burundi

Les localités de Kashengo, Rukuka et Nyamarogwe (groupement de Kigoma, chefferie de Bafulero) sont le théâtre de combats entre des militaires burundais et des combattants du mouvement rebelle Red Tabara basé au Sud-Kivu depuis plus de cinq ans.

Selon des habitants de la zone de Rurambo, des militaires burundais postés dans la zone depuis un peu plus d’une semaine ont attaqué les rebelles de Red Tabara en passant par Finda. « Nous avons mené des attaques contre des positions de Red Tabara en collaboration avec l’armée burundaise », ont confié à SOS Médias Burundi plusieurs sources au sein des Maï-Maï, un groupe armé congolais qui vient en renfort aux militaires burundais sur le sol congolais et qui lui sert de guide.

Les 24 et 25 décembre dernier, des habitants de la plaine de la Rusizi et la société civile locale avaient confirmé à SOS Médias Burundi avoir vu plusieurs hommes armés en tenue de l’armée burundaise se diriger dans les hauts plateaux d’Uvira.

« Ce sont les mêmes hommes qui combattent les Red Tabara et nous avons appris qu’il s’agit de militaires burundais », rassurent des sources concordantes dans le Sud-Kivu.

Seulement, l’armée congolaise indique n’avoir jamais eu d’écho de telles informations.Sur son compter Twitter, Red Tabara affirme avoir tué « dix ennemis » ce dimanche.

Des sources proches de la FDNB affirment qu’un rebelle de Red Tabara a été capturé et que des militaires burundais et leurs alliés ont délogé le groupe armé de ses positions installées à Rukuka, ses combattants s’étant repliés vers Kitembe et Bibangwa.

Le porte-parole de la FDNB a toujours nié les informations faisant état de la présence des éléments de l’armée burundaise sur le territoire congolais, les qualifiant de « rumeurs propagées dans le but de tenir l’image de notre armée et du pays ».

Mais des rapports des experts de l’ONU disent le contraire. Ils affirment que l’armée burundaise a souvent fait des incursions sur le territoire d’Uvira à la poursuite des rebelles de Red Tabara.

Il y a un peu plus d’une semaine, le président Évariste Ndayishimiye a demandé aux forces de défense et de sécurité de « rester vigilants face aux actes terroristes de Red Tabara » affirmant que « Red Tabara collabore les ADF basés dans l’est du Congo ».Red Tabara est un mouvement rebelle d’origine burundaise basé dans le Sud-Kivu.

Alexis Sinduhije, président du MSD (Mouvement pour la solidarité et le développement, un parti d’opposition radié au Burundi depuis plus de quatre ans ) en exil et visé par un mandat d’arrêt international de la justice burundaise qui le poursuit pour « actes terroristes » tout comme certains hauts responsables du groupe est accusé par les autorités burundaises d’être son leader. Ce qu’il a toujours nié tout en nuançant que « je ne suis pas contre quiconque lutte pour libérer le peuple burundais qui est sous le joug du pouvoir dictatorial » du CNDD-FDD.

Jusqu’à présent, le Red Tabara indique avoir implanté plusieurs positions sur le sol burundais et avoir eu un bon accueil des habitants. Mais certains observateurs parlent d’une « guerre de communication ».

Le Congo voisin héberge deux groupes armés burundais connus : il s’agit de Red Tabara et du FNL du général Aloys Nzabampema. Les deux collaborent avec des mouvements rebelles locaux tout comme l’armée burundaise quand elle va les traquer.

Previous PHOTO DE LA SEMAINE : neuf ressortissants rwandais rapatriés
Next Beni (RDC) : huit personnes assassinées dans une attaque armée