Nduta (Tanzanie) : le seul marché dernièrement rouvert est de nouveau fermé

Nduta (Tanzanie) : le seul marché dernièrement rouvert est de nouveau fermé

Depuis mercredi 19 janvier 2022, le marché principal
de la zone 7 dans le camp de Nduta en Tanzanie est fermé. Il était jusque-là le seul marché fonctionnel depuis décembre dernier, tous les commerces ayant été fermés il y a de cela une année. Des réfugiés burundais dénoncent une énième façon adoptée par le gouvernement tanzanien de les forcer à rentrer.
(SOS Médias Burundi)

Le marché est gardé par la police et des gardiens civils, selon des témoins. « Depuis mercredi, des réfugiés se sont vus refuser le droit d’étaler leur commerce au seul marché récemment réouvert en décembre 2021. C’est vraiment bizarre et insupportable ce que la Tanzanie fait contre les réfugiés », disent des Burundais qui se sont confiés à SOS Médias Burundi.

Et de poursuivre, « Nous avons vite compris que la mesure émane des autorités tanzaniennes qui veulent nous forcer à rentrer. Seulement, nous ne cédérons pas à leur pression. Nous préférons mourir en exil […] », laissent-ils entendre.

Début janvier, les jeunes gardiens de la paix ont envahi le camp de Nduta et coupé les champs de bananes sous les regards protecteurs des responsables du camp en même temps représentants du gouvernement tanzanien. Des réfugiés qui avaient dénoncé cette pratique des autorités du pays hôte ont avoué les avoir entendu dire que « d’autres mesures sévères allaient être prises notamment la fermeture des stands au marché ».

« Et, voilà qu’ils viennent de joindre la parole à l’acte », se désolent des réfugiés. Dans les villages, les boutiques et toute forme de commerce restent interdits.
Les récalcitrants s’exposent à de lourdes amendes et la saisie de leurs marchandises.

Le camp de Nduta abrite encore plus de 67 mille Burundais.

______________

Photo : vue partielle du camp des réfugiés de Nduta

Previous Bujumbura-carburant : la pénurie de mazout paralyse le transport en commun
Next Rutana : le CNDD-FDD choisit les magistrats devant siéger dans les procès politiques