Bruxelles : des partis politiques et la société civile burundais en exil appellent à manifester

Bruxelles : des partis politiques et la société civile burundais en exil appellent à manifester

Ceux qui se nomment « forces vives burundaises » ont sorti un communiqué appelant tous les Burundais de Belgique ainsi que des pays voisins à participer massivement à la manifestation organisée le 19 février 2022. Selon le communiqué, il s’agit de « dénoncer les crimes commis au quotidien par le CNDD-FDD au Burundi et rendre hommage aux victimes ». (SOS Médias Burundi)

La société civile burundaise en exil ainsi que des partis politiques auront deux heures pour faire entendre leur voix.

Pour les organisateurs, il s’agit de « rendre hommage aux nombreuses victimes de la barbarie du CNDD-FDD ».

La manifestation visera également à dénoncer entre autres « les violations massives des droits de l’homme, le verrouillage démocratique, l’impunité, la radiation des organisations de la société civile et des partis politiques, la dilapidation des ressources nationales » et « dénoncer l’Union Européenne qui a opté de soutenir cette dictature en levant les sanctions ».

Le communiqué énumère plusieurs exigences. Il s’agit notamment « du dialogue inclusif inter-burundais, de la réhabilitation des partis politiques, de la société civile ainsi que des médias suspendus ou radiés, de la levée de poursuite des leaders de ces institutions aujourd’hui en exil,de la justice pour les victimes et de la libération des prisonniers d’opinion ».

En tout cas, le président burundais est prévenu. Sa première sortie en Europe ne sera pas de tout repos. Venu participer au 6 ème sommet Union Européenne- Union Africaine qui se tiendra les 17 et 18 février, des Burundais mécontents de sa gouvernance vont le lui faire entendre.

La mobilisation est lancée. Reste à savoir combien vont répondre à cet appel à manifester.

Entre temps au Burundi, ouvertement ou de façon anonyme, des médias proches du CNDD-FDD, le parti au pouvoir et des individus ont commencé à dénigrer et accuser certains organisateurs de la manifestation de tous les maux allant du viol sur jeune fille à la falsification de documents, sans toutefois fournir de preuves.

_____________

Photo : le Président de la République du Burundi et la Première Dame, à l’aéroport international Melchior Ndadaye de Bujumbura avant leur envol pour la Belgique. Crédit-photo : Ntare House

Previous Bururi : réquisitoire d'une peine de 20 ans de prison contre un policier
Next Mulongwe : plus de 240 Burundais rapatriés