Makamba : deux pasteurs interpellés après l’assassinat d’un représentant d’une église

Makamba : deux pasteurs interpellés après l’assassinat d’un représentant d’une église

Joël Gihimbare et Ezéckiel Bujeri ,deux pasteurs à l’Eusebu (Église pour l’unité du Saint Esprit au Burundi) à la mission de Nyanza-Lac ont été arrêtés par la police la nuit de ce samedi à dimanche. C’est après l’assassinat de Jean Gordien Niyungeko , représentant légal national de la même église tué la même nuit dans la localité de Ruziba en zone de Kanyosha dans la capitale économique Bujumbura. Un invité venu des États-Unis, blessé lors de l’attaque qui a coûté la vie à cet homme de Dieu a succombé à ses blessures ce dimanche, d’après des sources proches de l’Eusebu. (SOS Médias Burundi)

Selon des sources locales, la police en collaboration avec des agents du service national de renseignements (SNR) ont encerclé les domiciles des deux pasteurs avant de les interpeller.

« La police voulait appréhender tous les pasteurs qui contestent le leadership de Laban Barankunda mais deux seulement ont été arrêtés alors que plusieurs autres auraient échappé », racontent nos sources.

Le culte de ce dimanche affecté

Dans la commune de Nyanza-Lac, les paroisses de cette dénomination n’ont pas ouvert les portes.
« En zone de Kazirabageni, les fidèles de cette église ont déplacé les chaises pour empêcher les partisans de Laban Barankunda à célébrer la messe. À Buheka , les fidèles se sont présentés munis de banderoles sur lesquelles étaient écrits des messages hostiles au premier pasteur de la mission de Nyanza-Lac Laban Barankunda mais les portes de la paroisse étaient fermées et aucun pasteur n’était présent », explique une source policière sous couvert d’anonymat.

En zone de Kabonga de la même commune de Nyanza-lac, les fidèles de Mbizi et Gisirimu n’ont pas eu droit au culte.
Des chrétiens hostiles au camp Laban s’étaient préparés pour empêcher la célébration.

La crise perdure

La crise de leadership au sein de l’Euseubu a éclaté en novembre 2021. Quatre pasteurs de cette église dont Joël Gihimbare et Ezéckiel Bujeri avaient été arrêtés janvier dernier puis libérés. Ils viennent d’être réarrêtés une semaine après leur libération.

Jean Gordien Niyungeko, représentant légal national de l’Eusebu a été tué dans la localité de Ruziba en zone de Kanyosha dans le sud de la capitale économique Bujumbura la nuit de samedi. Il était en compagnie de Salvator Nzambimana, représentant légal de cette congrégation aux États-Unis d’Amérique. Ce dernier a été grièvement blessé. Il a succombé à ses blessures ce dimanche en début d’après-midi après être admis dans un hôpital de la ville commerciale Bujumbura, selon des sources proches de l’Eusebu.

Plusieurs autres fidèles auraient été interpellés à Nyanza-Lac ce dimanche, selon des sources non encore vérifiées par notre rédaction.

Le premier pasteur à Nyanza-Lac (province de Makamba, sud) où l’Eusebu est née a récemment été destitué par le conseil des pasteurs. Au lieu de s’exécuter, Laban Barankunda a nommé 64 nouveaux «serviteurs » qui se sont vus empêcher par des chrétiens de prester le 13 mars dernier, premier jour où ils devraient entrer en fonction.

_________________

Photo : le pasteur Jean Gordien Niyungeko, assassiné à Ruziba, en zone de Kanyosha (commune de Muha au sud de la capitale économique Bujumbura)

Previous Cibitoke : plus de 80 maisons emportées par des pluies torrentielles à Murwi
Next Cibitoke : découverte de deux corps ligotés