Crise à l’est du Congo : le fossé se creuse de plus en plus entre le Rwanda et la RDC

Crise à l’est du Congo : le fossé se creuse de plus en plus entre le Rwanda et la RDC

Le président de la RDC Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a présidé une réunion du Conseil supérieur de la défense ce mercredi 15 juin tard dans la soirée à la cité de l’Union Africaine dans la capitale Kinshasa. Plusieurs membres du gouvernement, les officiers supérieurs de l’armée et de la police et plusieurs autorités, les deux présidents des chambre basse et haute du parlement ont pris part à cette grande rencontre qui statuait autour de la situation sécuritaire préoccupante dans la partie est du Congo. Des grandes décisions ont été prises par la partie congolaise dont notamment la suspension de tous les accords et conventions qui lient les deux nations de la région des Grands-Lacs d’Afrique. (SOS Médias Burundi)

Le conseil supérieur de la défense en République Démocratique du Congo a exigé au Rwanda de
« procéder au retrait immédiat de ses militaires sous couvert du groupe terroriste M23 du sol congolais » tout en précisant que la grande demande du gouvernement de la République Démocratique du Congo est de « suspendre tous les protocoles d’accord, accords et conventions conclus avec le Rwanda ».

Par ailleurs, souligne le compte rendu de cette rencontre, le conseil supérieur de la défense salue les efforts de paix et de médiation engagés par le président João Lourenço de la République d’Angola dans le cadre de la conférence internationale sur la région des grands lacs CIRGL et le président Uhuru Kenyatta du Kenya dans le cadre de la communauté de l’Afrique de l’Est.

« Le conseil supérieur de la défense a également salué la forte mobilisation patriotique de la population congolaise pour le soutien indéfectible à nos forces de défense et de sécurité. Il a en outre chargé le Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières et le Commissaire National de la Police Nationale Congolaise à prendre toutes les dispositions requises pour éviter la stigmatisation, la chasse à l’homme et tout autre acte de nature à trouver l’ordre public, l’unité et la cohésion nationale durant cette période », a dit le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya sur les antennes de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC).

Au cours de cette réunion, il a été demandé au gouvernement d’assurer une prise en charge immédiate de la population congolaise « en détresse, victime de ces actes de barbarie et de terrorisme qui ne resteront pas impunis ».

Enfin, le conseil supérieur de la défense a encouragé le gouvernement à mettre davantage les moyens à la disposition des forces de défense et de sécurité pour assurer la défense du pays.

Cette décision a été prise après que le Mouvement du 23 mars ait occupé la cité de Bunagana depuis le lundi 13 juin 2022 , une zone stratégique frontalière avec l’Ouganda.

Dans un communiqué, le président Uhuru Kenyatta a annoncé une rencontre de la hiérarchie militaire de tous les pays impliqués dans le processus de Nairobi dimanche le 19 juin.

« C’est dans le but de finaliser les préparatifs visant à déployer une force régionale en RDC », selon le chef de l’Etat du Kenya.

M. Kenyatta appelle tous les groupes armés locaux et étrangers installés dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu ainsi que dans celle de l’Ituri à déposer leurs armes et cesser les hostilités afin de se soumettre à » un processus politique »

____________________

Photo : Patrick Muyaya porte-parole du gouvernement congolais en train de lire le communiqué du conseil supérieur de la défense à la RTNC

Previous Cibitoke : un responsable du parti CNL assassiné
Next Tensions Rwanda-RDC : l'armée rwandaise annonce la mort d'un militaire congolais