Kigoma (RDC) : les militaires burundais gagnent du terrain

Kigoma (RDC) : les militaires burundais gagnent du terrain

Les combats entre des militaires burundais et leurs alliés et les rebelles du groupe armé Red Tabara et leurs alliés aussi ont repris ce samedi dans le groupement de Kigoma, territore d’Uvira dans la province du Sud-Kivu à l’est de la RDC. Selon nos sources, les rebelles burundais ont perdu quelques positions. (SOS Médias Burundi)

Les positions reprises aux combattants de Red Tabara étaient installées dans la zone de Kitoga. C’est dans le groupement de Kigoma sur le territoire d’Uvira (province du Sud-Kivu à l’est de la RDC).

Selon des sources au sein d’une branche des Maï Maï collaborant avec des militaires burundais, les positions reprises ce week-end l’ont été après de combats intenses.

« Des militaires burundais sont appuyés par nous, les combattants de Gumino du colonel Nyamusaraba. Nous avons mené une attaque d’envergure contre les Red Tabara et sommes parvenus à récupérer plusieurs de leurs bases à Kitoga », ont indiqué des miliciens Maï Maï de la branche Kijangala qui aide l’armée burundaise.

Un porte parole des Red Tabara dans le Sud-Kivu n’était pas disponible pour réagir à ces informations.
Mais sur son compte Twitter, le mouvement considéré comme « groupe terroriste » par les autorités burundaises a confirmé des hostilités entre ses combattants et des militaires burundais.
« […], des violents combats sont en cours depuis 5h du matin à Kitoga dans le territoire d’Uvira au Sud-Kivu entre les combattants de Red Tabara et les militaires burundais et la milice Imbonerakure.Le bilan n’est pas encore connu »,peut-on lire dans le communiqué.

Nos sources ne donnent aucun bilan jusqu’à présent également. Seulement, les rebelles burundais de Red Tabara et leurs alliés, les Maï Maï Illunga ont fui à Mugutu, vers la forêt d’Itombwe. C’est sur le territoire de Mwenga (toujours dans le Sud-Kivu).

Les combats ont repris après que les Red Tabara aient tué un responsable d’une autre branche des Maï Maï, le général Mushombe. Ce dernier a été assassiné jeudi 13 janvier au moment où il quittait la localité de Kagogo voulant se rendre à Masango. C’est sur le groupement de Kigoma.

« L’homme a longtemps collaboré avec Red Tabara et leurs hommes étaient presque dans les mêmes positions. Mais récemment, il a perdu confiance après avoir été accusé par les Maï Maï Illunga d’être un espion de l’armée burundaise », disent nos sources.

Depuis le 24 décembre dernier, des militaires burundais sont rapportés dans le Sud-Kivu.

Les armées congolaise et burundaise tout comme les gouvernements des deux pays sont restés muets sur l’affaire.

Le groupe armé Red Tabara a affirmé récemment avoir tué plusieurs militaires et des membres de la ligue des jeunes du parti présidentiel le CNDD-FDD sans donner de preuves.

SOS Médias Burundi a reçu la semaine dernière une confirmation d’au moins 14 militaires et des Imbonerakure blessés lors des heurts dans le Sud-Kivu dont un major de la FDNB (Force de défense nationale du Burundi). Les intéressés sont soignés dans deux installations militaires en province de Cibitoke (nord-ouest), frontalière avec le Sud-Kivu, ce qu’un haut gradé de l’armée burundaise dans la région réfute.

_______________

Photo d’illustration : des militaires burundais lors d’une fête nationale

Previous Nakivale (Ouganda)-Covid-19 : deux ans après, les écoles rouvrent
Next Gitega : la pénurie des produits BRARUDI entraîne une hausse des prix dans les bistros de la ville