Ituri (RDC) : sept miliciens ADF tués

Ituri (RDC) : sept miliciens ADF tués

Ils ont été tués lors des affrontements entre leur groupe et des éléments de l’armée régulière congolaise ce dimanche. Les combats se sont déroulés à Bandimbese. C’est à 18 km du centre de Komanda dans la chefferie des Walese Vonkutu sur le territoire d’Irumu (province de l’Ituri, est de la RDC). En plus des sept rebelles tués, l’armée congolaise affirme avoir capturé un milicien ADF et saisi 2 AK-47. Un militaire des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) a également été blessé. (SOS Médias Burundi)

L’annonce a été faite par le porte-parole de l’armée en province de l’Ituri, le lieutenant Jules Ngongo. « C’est sous le commandement du général de Brigade Joseph Mugisa Muleka, commandant axe opérationnel que l’armée a réussi a tuer ces rebelles. En plus, nous avons capturé un milicien et saisi 2 AK-47. De notre côté, un soldat a été blessé », a-t-il indiqué.

Il rassure que la situation est pour le moment maîtrisée et appelle la population à la vigilance affirmant que « les ADF sont aux abois en profondeur suite aux opérations militaires menées par les FARDC en collaboration avec UPDF (Uganda People’s Defence Force) ».

Lors de combats, 3 otages ont également été libérés des mains des assaillants, selon M. Ngongo qui encourage, au nom du gouverneur de l’Ituri, les FARDC engagées dans la poursuite du groupe armé se trouvant sur la liste des mouvements terroristes des États-Unis.

Les affrontements ont eu lieu le lendemain d’une attaque attribuée aux ADF qui a visé et incendié un convoi de 4 véhicules dans la même chefferie faisant 3 blessés, selon la société civile en Ituri.

Ce samedi, plusieurs personnes ont été tuées à Beni (province voisine du Nord-Kivu), d’autres blessées dans un attentat à la bombe attribué aux Forces Démocratiques Alliées ( ADF). Les deux provinces sont dans un État de siège décrété par le président congolais depuis le 6 mai cette année.
Depuis, les autorités et les juridictions civiles ont été remplacées par celles militaires.
Toutefois, des élus estiment que le résultat escompté n’a pas été atteint et proposent au président et à l’armée de mobiliser plutôt « une force spéciale » dans la région.

Depuis quelques jours, les armées congolaise et ougandaise ont officiellement annoncé avoir entamé des opérations conjointes pour mettre hors d’état de nuire le groupe armé accusé par le président Musevevi d’être derrière les récents attentats à la bombe dans la capitale ougandaise Kampala. Les deux armées affirment avoir repris plusieurs positions des ADF en Ituri et dans le Nord-Kivu lors des opérations soutenues par des frappes aériennes.

_______________

Photo : un rond point dans la ville d’Ituri

Previous Butezi : trois militants du CNL en détention depuis plus d'un mois
Next Covid-19: la pandémie continue de se propager à Bujumbura